Zapping Danse

Créée en 1995 à Strasbourg et basée depuis 2003 à Die dans la Drôme, l’association Zapping Danse encourage la promotion des arts du mouvement et anime un réseau du spectacle vivant en Europe et en Asie.

A son actif, la participation et l’animation de la Fête de la Danse, du Bicentenaire du rattachement, du gala Sidaction, des bibliothèques du bassin Potassique, des animations de quartier, Danza Malaga, du festival Danse au fil d’avril ou encore Flamenco Biennial. Elle programme également, coordonne, organise des événements et publie des articles (bulletin culturel gratuit, plateforme de débats) à destination des artistes interprètes.

En 2000, après le lancement du Festival Danza Malaga, l’association Zapping Danse affirme sa volonté de promouvoir des formes originales de coopération pour artistes en résidence, compagnies et chorégraphes indépendants. Dans cet esprit l’association fonde, en 2013, Flamenco Biennial et en 2014 Flamenco Streaming : un grand nombre d’artistes et d’entrepreneurs du spectacle vivant ont ainsi pu bénéficier des compétences et de l’expertise de Zapping Danse.

En 2015 on présente au cinéma Le Pestel de Die (26), un film de Agujetas suivi d’un concert de El Niño de Elche devenu aujourdhui précurseur du flamenco-punk!

Dès 2017, Zapping Danse accompagne au festival Les Vagamondes de Mulhouse, le bailaor,  prodige de sa génération, Eduardo Guerrero suivi, en 2018 de José Agudo, chorégraphe et collaborateur de Akran Kham, au Palacio de Congresos de Huesca.

L’année 2019 est elle aussi riche en événements avec la programmation par Zapping Danse de nombreux chorégraphes indépendants : Cécile Raymond, Gil Carlos, Fabio Lopez, Luanda Mori et José Agudo. Et en Espagne, HeaMin Jung, Fernando Lázaro ou encore Luisa Arias.  

2EEE27FE-A7E5-45D7-91B1-F8F123CB9369

Avec Flamenco Biennial, plateforme de promotion pour le développement de la culture hispanique et le flamenco, créée à l’initiative de Zapping Danse et de Flamenco Streaming avec l’aide du Ministère de la culture, le flamenco, art populaire foisonnant, s’impose à travers le monde : Moyen-Orient, Israël, Malaisie, Philippines…, une façon de le rendre accessible et de le préserver.

Et le défi de Flamenco Biennial est de présenter, tous les deux ans, toute une série d’actions culturelles encourageant un événement international de flamenco.

Dans un monde en mutation accélérée, il reste beaucoup à imaginer, tant sur les formes de spectacles vivant que sur les nouvelles formes de diffusion. Grâce à des partenariats internationaux (AAPPAC, Cante de las Minas, Malaga en Flamenco…) associé à notre solide réseau de connaissances et de compétences, Zapping Danse œuvre à l’ouverture de nouvelles voies dans un concept d’itinérance et d’interactivité.

4DDAC2F7-57FE-4871-A10B-C046EE4455A3esp-rojo

Zapping Danse was founded in 1995 by Alexei Issacovitch, a France-based Spanish cultural broker with an extensive international network, and Pasquale Nocera, a France-based Italian cultural manager working at Ballet National du Rhin.

The agency draws from Alexei’s vast experience working across disciplines and cultures to provide partners with consultation, producing, representation and touring services, always balancing a personalised approach with a global perspective.

We understand the many challenges faced by artists and cultural organisations, and thrive on working together to find creative solutions going forward. We also work with presenters and companies in search of exceptional artists and performances for their platforms, brands and projects.

In 2000, we founded Encuentros Internacionales de Coreografía an international dance Festival in Malaga, Spain, taking place every year October to November in different places. The festival attracted over 100 participating artists, 2500 visitors and a wide selection of local, national and international dance companies and organizations, who were connected with Andalusia and other cities in Spain.

Our emergent Artists include Taiwan contemporary TTC Dance companyAnarchy Dance Theater, photographer Chang-Chih Chen, choreographer I-Fen Tung, a Paris-based Taiwanese artist Yi-Wen Chen, the 3 artists operating at the frontiers of digital technology, Ultracombos, together with choreographer Jeff Shieh

We also act as international tour producer for a number of dance and music productions. These include: medieval Spanish music concert by Eduardo Paniagua in Taipei or renowned dance productions in Spain: Cloud Gate by Creatio 300, Legend Lin by Ysarca.

Always working across borders and boundaries, Alexei is committed to connecting people and ideas to promote cultural dialogue.
Since 2011, Alexei has been a board member of Oracle European network and founded Flamenco Biennial in 2013 and Flamenco Streaming in 2014, disseminating Hispanic culture worldwide (more about Alexei Issacovitch

 

 

4422ADA6-CCF0-40E4-BC97-A4FAE921DFA6

E8F7E067-4947-4213-AE26-5235A6528E8C

403F53E4-6FA8-40D8-B57B-4DA836F4DCFF

4F84CF7E-BDDF-4281-864B-F0A7570AD57B

60BADA83-9CF9-40FA-B157-1F91AC4E8541

 

D121C539-4AD2-4745-BA99-0D0EF6701984

88856B0A-802C-43E0-8312-126E5ECF2E83

F31248AE-E311-4D50-85E4-59B627B3DF0E

7E516246-90A0-49C7-8E1F-B35C518630B1

8C6568BF-7360-4AB1-A747-3CFF3D80F2D5

C001A637-C734-41FE-9DE7-47F5C0019440

D7F0DCED-FB8E-47D4-8928-BD0AE28A6921

031831EE-0FCF-4556-938C-18D39D969A4A

F79B2BF3-BB91-4D8B-B86D-3387345E1722

412F2ED0-C7CC-4338-8ADC-C0785083EC4B

 

 

4F66390B-0C28-422C-9AE4-2E3B20C01414

ZappingDanse, qui a créé FlamencoBiennial, est une association sans but lucratif, et nous comptons sur vos dons pour nous soutenir. Si chaque personne qui lit ceci donnait 1 €, les besoins de ZappingDanse seraient couverts pour l’année à venir.

Faites un don maintenant. Beneficiary Account Holder:

ZAPPINGDANSE

IBAN (International Bank Account)    FR84 3000 2042 5000 0007 9139 H92

BIC (Bank Identifier Code)     CRLYFRPP

FBLcuadrado copia

Le flamenco séduit la France

– Publié le 11/06/2013 à 07:35

Inscrit depuis 2010 au patrimoine culturel immatériel de l'humanité de l'UNESCO, le flamenco a inspiré le cinéma et la mode.

Inscrit depuis 2010 au patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO, le flamenco a inspiré le cinéma et la mode.

À la une du Point.fr

Le flamenco, qui souffre de la crise en Espagne, trouve une bouffée d’oxygène en France avec la première “biennale d’art flamenco” à Paris en juin, suivie d’un festival à Mont-de-Marsan en juillet.

“La situation est très difficile en Espagne: pour danser, je dois presque mettre moi-même l’argent sur la table”, s’exclame Farruquito, de passage à Paris pour présenter “Abolengo” qu’il donnera le 6 juillet à Mont-de-Marsan avec la danseuse mexicaine Karime Amaya.

Petit-fils de Farruco et fils de La Farruca, deux figures du “baile” flamenco, Farruquito a fait ses premiers pas sur la scène internationale à 5 ans, à Broadway.

Il fait partie de ces stars du flamenco qui tournent depuis longtemps à l’étranger, à l’instar de la danseuse et chorégraphe Maria Pagés, qui donne sa dernière création “Utopia” en ouverture du festival Arte Flamenco de Mont-de-Marsan (sud-ouest de la France).

“L’exportation a toujours été une caractéristique du flamenco”, explique Miguel Mora, correspondant d’El Pais à Paris et auteur du livre “La voz de los flamencos” (2008).

Inscrit depuis 2010 au patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO, le flamenco a inspiré le cinéma et la mode.

Cet art populaire est inspiré des chants, danses et musiques que les Gitans ont développé en Andalousie depuis leur arrivée au XVe siècle.

La France se passionne depuis le XIXe siècle pour le flamenco, après les voyages des Romantiques en Espagne (Chateaubriand, Hugo, Musset …), de Théophile Gautier et Prosper Mérimée, qui trouva là l’inspiration de sa “Carmen”, reprise par la suite pour son opéra par Bizet.

“En Espagne, le flamenco, qui devrait être l’art espagnol par excellence, a toujours été considéré comme marginal, émanant des tziganes, avec toute la connotation raciste que cela comporte”, souligne Miguel Mora.

Témoin de cet ostracisme, le beau film de la réalisatrice Dominique Abel “Poligono Sur”, sur le quotidien de familles gitanes déplacées du centre historique de Séville dans des HLM en périphérie, est projeté cette année au festival de Mont-de-Marsan (sud-ouest).

Précarité

“Le flamenco a toujours été malmené, mais avec l’austérité c’est pire”, constate Miguel Mora. Ainsi, la “Suma flamenca”, le grand festival flamenco de Madrid a vu son budget réduit de moitié cette année, rappelle-t-il.

La biennale de Séville, “qui est l’endroit où chacun vient faire son marché”, selon les mots de François Boidron, directeur du festival de Mont-de-Marsan, a été secouée en septembre dernier par un changement brutal d’équipe et une précarité des budgets liés au changement politique à la tête de la municipalité, passée à droite.

Dans ce contexte, la naissance de la première Biennale d’art flamenco au théâtre parisien de Chaillot, en partenariat avec la région Andalousie et la biennale de Séville, est la bienvenue pour les artistes.

Parmi la dizaine de spectacles donnés du 19 au 29 juin à Chaillot, plusieurs viennent de Séville ou du festival international de musique et danse de Grenade, tel “Federico segùn Lorca” de la chorégraphe et danseuse Eva Yerbabuena, sur l’enfance du poète.

Chaillot organise aussi des “Rencontres” entre figures du flamenco (Eva Yerbabuena, Andrés Marin) et artistes contemporains (Carolyn Carlson, Kader Attou). Un bal sévillan ponctuera cette première édition le 27 juin, après un défilé le mode de créateurs espagnols dans le foyer de Chaillot les 21 et 22 juin.

A Mont-de-Marsan, “Arte Flamenco”, le plus important festival flamenco de ce côté des Pyrénées, fête cette année ses 25 ans avec une pléiade d’artistes (Mercedes Ruiz, Diego del Morao, Tomatito, La Moneta …). Les deux plus grands pianistes flamencos du moment, Diego Amador et David Dorantes, donneront un concert exceptionnel dans le prolongement de leur collaboration sur le dernier film de Carlos Saura “Flamenco, Flamenco” (3 juillet).

FBLcuadrado copia

 

Advertisements